Warning: array_shift() [function.array-shift]: The argument should be an array in /htdocs/public/www/config/ecran_securite.php on line 245
Intoxication par ecstasy chez un nourrisson de 10 mois - addictovigilance.fr

Accueil du site > Articles publiés > 2009 > Intoxication par ecstasy chez un nourrisson de 10 mois

Intoxication par ecstasy chez un nourrisson de 10 mois

Boucher et al, Archives de pédiatrie, 2009
  • Auteurs : A. Boucher, A. Zine, F. Jaziri, N. Bernard, P. Jeannoël, J. Descotes
  • Résumé : Nous rapportons une intoxication accidentelle par ecstasy chez une fillette âgée de 10 mois.
    • Observation : L’enfant, à son domicile, avait des troubles du comportement d’installation brutale, à type d’agitation importante, de mouvements stéréotypés et de phases d’hypertonie. Elle était hospitalisée en urgence. Le tableau clinique était ensuite dominé par des troubles cardiovasculaires (tachycardie et hypertension artérielle) et neurologiques (agitation majeure, mydriase, nystagmus). Les principales causes (convulsion fébrile, traumatisme crânien et encéphalite notamment) étaient progressivement écartées. La recherche de toxiques urinaires était positive pour la méthamphétamine. La nature exacte du produit en cause était confirmée par chromatographie gazeuse, couplée à la spectrométrie de masse, qui identifiait l’ecstasy, son métabolite et de la caféine dans les urines de la jeune patiente. L’évolution était favorable avec une disparition des troubles dès le lendemain.
    • Commentaires : Les intoxications pédiatriques par ecstasy sont rares. Une dizaine de cas, toujours consécutifs à l’ingestion accidentelle d’un comprimé, est rapportée à ce jour. L’ecstasy ne semble plus uniquement réservé aux manifestations purement festives (rave, teknival, etc.) et sa consommation lors de soirées privées, voire au domicile des usagers, semble se développer. L’intrusion de ce dérivé amphétaminique dans l’univers domestique peut exposer de jeunes enfants à l’ingestion accidentelle de comprimés négligemment laissés à leur portée.
  • Référence : Archives de Pédiatrie 2009 ;16:1346-1349
  • Liens :
    • Résumé sur PubMed
    • Texte intégral sur addictovigilance.fr + (accès restreint aux seuls Centres d’Addictovigilance)